Pourquoi les œufs, les huîtres, les escargots sont-ils vendus à la douzaine ? Pourquoi cette pratique dans un monde qui compte en base décimale ?

La magie du nombre 12

Historiquement le nombre 12 a été utilisé par de nombreux peuples et dans de nombreuses croyances.

Il semble en effet que les 12 phases de pleine lune dans une année explique l’universalité de ce nombre dans toute les cultures (la Lune effectue environ douze fois le tour de la Terre en un an).

Ce nombre symbolise ainsi ce qui est achevé, on parle même d’un chiffre « parfait » car considérée comme la fin d’un cycle.  Ainsi, il est omniprésent dans beaucoup de domaines de notre culture :zodiac-signs-250718_960_720

  • Les 12 mois de l’année,
  • Les 12 heures sur une montre,
  • Le zodiaque occidental possède 12 signes, comme le chinois.
  • Les 12 travaux d’Hercule dans la mythologie grecque.
  • Les 12 apôtres au côté de Jésus dans l’Evangile.
  • Dans l’ancien testament, 12 fils de Jacob qui ont donné naissance aux 12 tribus d’Israël…

En mathématiques, 12 est dit un nombre « sublime » car le nombre de ses diviseurs et la somme de ses diviseurs, sont tous deux des nombres parfaits. En effet,

  • Les diviseurs de 12 sont au nombre de 6 (1, 2, 3, 4, 6,12), qui est lui-même un nombre parfait puisque la somme des diviseurs de 6 est égal à 6 (1+2+3) et
  • La somme des diviseurs de 12 (1+2+3+4+6+12) est égale à 28, qui est lui-même un nombre parfait puisque la somme de ses diviseurs (1+2+4+7+14) est égal à 28.

Mais pourquoi une douzaine d’œufs ?

250px-Freerange_eggsCela vient du Moyen-Age où les commerçants utilisaient la base douze pour les calculs. A cette époque, les commerçants utilisaient en effet les douzaines comme base pour compter, plutôt que les dizaines.

Cette pratique correspond au nombre de phalanges que l’on peut compter avec le pouce sur les quatre autres doigts de la même main. Cette technique s’est ainsi développée car  très pratique pour compter lorsque l’autre main était déjà occupée. Autre avantage, le nombre 12 pouvant être divisé par 2, 3, 4 et 6, cela permettait de constituer simplement des « portions » simplifiant le calcul du prix induit…

Au fil des siècles, les commerçants ont progressivement abandonné cette méthode de comptage, mais ont conservé le conditionnement. Si bien qu’on le retrouve aujourd’hui pour de nombreux produits alimentaires, comme les huîtres, les escargots, les yaourts ou encore les packs d’eau, de lait ou de bière, par 6 ou 12 entités.

C’est même le nombre de points maximum sur le permis de conduire !