I

Un bouquet de fleurs
Embaume
La chambre où je me suis
Assoupi.

Sur la table de marbre glacé
Une nappe de dentelle brodée
Joue avec l’ombre
Du voilage.

II

Bientôt, derrière l’armoire de vieux
Chêne, l’après-midi s’en est allée.
Les draps de soie recouvrent mon visage
Comme ma mémoire les amours passés.

Les bois anciens craquent par instant.
Ils nous rappellent que nos vies sont brèves.
Que nous ne sommes pas vivants longtemps…
Même si nos soupirs quelquefois s’éternisent.

III

Alors nos esprits, ragaillardis par un sursaut
Inattendu de Jeunesse et de Santé, nous soufflent
À l’oreille qu’il est bien temps de vivre, et sourire
Et respirer à fond toutes les choses de ce Monde.

Un bouquet de fleurs
Embaume
La chambre où je me suis
Assoupi.

_________