Sérendipité culinaire

Malchance, étourderie, maladresse ou simple hasard peuvent être le point de départ de nombreuses inventions y compris culinaires. C’est la sérendipité, un concept qui ne s’applique pas seulement à la science : une découverte, dans de nombreux domaines, peut être due à des circonstances imprévues. Citons le post-it, le four à micro-ondes, le velcro,… Ainsi on peut trouver quelque chose que l’on ne cherche pas par chance ou accident. Mais la sérendipité ne fonctionne que si on tire profit de ce hasard. Dans le domaine culinaire, les exemples sont nombreux dont la mythique tarte Tatin.

La légende

Selon la légende la plus répandue, la tarte tatin serait née d’une étourderie. A la fin du XIXe siècle, l’hôtel Tatin de Lamotte-Beuvron était un lieu de retrouvailles des bourgeois qui revenaient de la chasse en Sologne. Filles d’une longue lignée d’aubergistes, les demoiselles Tatin tenaient cet hôtel dont elles avaient hérité. L’aînée recevait la clientèle, alors que, Stéphanie  (1838-1917), la cadette s’occupait de la cuisine. Cette dernière, un peu étourdie – ou occupée par une discussion avec un client –, aurait un jour oublié de s’occuper du dessert. En plein coup de feu, elle aurait ainsi mis des pommes à cuire avec du sucre et du beurre, à toute vitesse, oubliant l’étape de la pâte.  S’apercevant de son oubli, elle décida de rajouter simplement la pâte par-dessus les pommes et de cuire la tarte ainsi. N’ayant pas le temps d’attendre pour satisfaire les estomacs des clients, elle servit cette tarte renversée, encore chaude (Wikipédia). Et là, le miracle se produisit.

Des explications beaucoup moins romanesques circulent.

Dans une autre version, une des sœurs aurait fait tomber par terre une tarte aux pommes classique. En ce temps-là, la vie dans les campagnes étaient dure et jeter de la nourriture était sacrilège. Les sœurs Tatin ramassèrent la tarte en la remettant à l’envers dans son moule, et la repassèrent au four. La délicieuse tarte caramélisée qui en résulta assura leur célébrité.

Une réalité moins pittoresque

Mais ce ne sont que des légendes, inventées et colportées bien après la création de la tarte Tatin. La réalité est sans doute moins pittoresque : la tarte « renversée » aux pommes ou aux poires était en fait une ancienne spécialité solognote déjà fameuses au 19ème siècle. Mais même si elles n’ont pas inventé la tarte Tatin par erreur, les deux sœurs Tatin ont en tous cas le plus grand mérite d’avoir perfectionné la tarte et d’avoir amorcé sa popularité.

L’emblème de la cuisine française

Le dessert devint célèbre en France – il fût présenté la première fois à Paris chez Maxim’s sous le nom de « tarte des demoiselles Tatin » par son propriétaire, Louis Vaudable, et Curnonsky, le met en vedette lors d’un repas en 1926 – et dans le monde.  On dit même que c’est Maurice-Edmond Sailland, dit Curnonsky, élu « prince des gastronomes » par la revue Le bon gîte et la bonne table en 1927, qui inventa l’histoire de la maladresse des sœurs Tatin pour amuser ses interlocuteurs. Quel qu’en soit son origine, la recette de la tarte Tatin a fait le tour du monde.  Et pour bon nombre, elle représente la cuisine française.  D’ailleurs à Pékin, Istanbul ou New-York, sur la carte des restaurants, si on lit parfois Tarte Française Tatin, il arrive que le dernier mot soit tout simplement omis.