Asseyez quelque temps
Vos amours tourmentés,
Flots incessants de nos vies.

Épousez sans tarder
D’un crépuscule ardent l’azur d’or
Où les étoiles vous convient.

Embrassez la bouche pleine
De votre Ennui, inondée de mystères,
Fut-elle par vos tourments asservie.

Caressez sans attendre, fussent-ils
D’un abord difficile,  l’Espoir ou l’Espérance même,
Une certaine Joie de vivre dont nul ne survit.

Asseyez quelque temps
Vos amours tourmentés,
Flots incessants de nos vies.