Le soir bientôt estompe
La lumière du jour.
L’air se trouble
Dans le soir couchant.

La Nature se gonfle
D’un orgueil sans pareil.
Après qu’il a plu
Pleuvent les arbres feuillus.

Le ciel n’emporte plus
Les ailes des oiseaux bleus.
Le vaste ciel négocie plutôt
Avec les feux de la nuit.

Heureux celui qui sait reconnaître
Lorsqu’au jardin la Rose le convie !
Qui mieux que lui voit naître bientôt
Les prémices des premières envies ?

Le soir bientôt estompe
La lumière du jour …

____