La pluie n’a jamais lavé
Que l’ardoise des toits
Ou l’asphalte des rues.

Et quand il ne pleut pas
C’est votre sourire ému
Que le Monde remercie.

Ô cette Fraicheur inouïe
Dans le pourtour
D’un geste délavé.

Et puis rire, et puis rire,
Après s’être joué
De biens innocents tours.

_______