Là-haut,
Si haute figure,
Ce sont surtout vos yeux
Vos doux yeux de pourquoi …
Ah les précieux voleurs
De mes yeux vifs – Pourquoi ?
Vos cils
Vos grands cils d’arc-en-ciel.
Ah les noirs artilleurs
De mes cils courts
– Au ciel,
Surtout vos mèches
Vos rousses mèches de cristal
Ah les tendres veilleuses
De ma bouche – O Dédale !

Mais là-haut,
Si haute figure
Ce sont aussi vos lèvres pures :
Vos lèvres lourdes de fruits mûrs.
Ah ces fluides charmeuses
De mon regard obscur. Vos joues,
Vos joues écarlates aux fruits étranges.
Ah ces roses pommettes
De votre visage d’ange – Etait-ce
Là-haut,
Si haute figure :
Le vol d’une aigrette
Ou la souple chevelure
De votre ombre – Qu’était-ce,
Là-haut, de si chouette ?

______