Depuis la baie fumante que nargue l’horizon
Les roches supplient la mer,
Les roches supplient la mer.

Et le ciel tournoie autour des saisons
Depuis que les routes sont sûres
Et que les pas des hommes s’indiffèrent.

Derrière les forêts lointaines où s’ensommeillent nos raisons
Le Crépuscule implore la nuit,
Le Crépuscule implore la nuit.

Et l’Amour quelquefois virevolte avec la Folie
Depuis que certains bras nous enserrent
Et que l’on dirait des bras de mer.

____