À l’orée de la Citée,
On vient d’ouvrir un nouveau chantier,
Où les hommes voient leur Corps
Immobilisé dans les neiges.

On a poussé loin la rumeur
Qu’il put y avoir, parmi eux
Quelques grands paralysés.
Mais je ne le crois pas.

En effet tout n’est que parade
Intérieure dans ce décors
Où nos humeurs nous trompent,
Nos espoirs nous désaltèrent

Nos soupirs nous rafraîchissent.
Mais parvenir au sommet
De la plus haute tour
Et ridiculiser la face

De ce Monde bien à eux : voilà sans
Doute ce que nos regards dessinent
Dans nos cerveaux, sur les murs,
Les fenêtres, les toits vertigineux.

___