Que loue la nuit
Aux oreilles closes
Des métamorphoses ?

Qu’encensent les bruits
Aux appels des
Muettes choses ?

Il arrive
Qu’en de paniques territoires
Certaines Vertus s’épanouissent.

De même, parait-il
Qu’en certains soirs
Certaine Noblesse s’investit.

Que joue la pluie
Avec les mannequins de cire
Du boulevard ?

Que dansent
Les roseaux dénudés
À la face de nos vents ?

Qu’infligent
Les plus ruisselantes eaux
Au parapet de nos mémoires ? …

– Puits d’épuisement
Que les dunes promettent
Courbe après courbe.

– Vaillance que nul
N’aille, par ses
Propres charmes, trahir.

– Fuite avant la fluide
Averse,
Derrière la sagesse des fables…

Que loue la nuit
Aux oreilles closes
Des métamorphoses ?

___