Les hirondelles s’écrient dans le ciel :
La Solitude est un lieu d’herbe grasse !
Les aventuriers étirent leur corps
Le long des sentes.

La fontaine, un sentiment où se perdre.
Bientôt les parapluies masquent
Les visages d’une ombre.
La chaussée rétrécie

Les souches d’arbrisseaux.
Le soir laisse croire tant de choses cruelles.
La lumière pousse
Les hommes à de plus fiers combats.

Avec la nuit comme avec le crépuscule
Nul ne voit (et n’imagine même pas)
Les hirondelles comme des frères
Se battre dans les champs.

____