La source d’eau était vive aux jeunes filles nouvelles
L’aube soufflait à peine sous les talus en fleurs
La courbe des sentiers invitait les plus belles
Dans l’ombre des baisers où périssaient les cœurs