Il n’est de voix, ce soir,
Plus enrouée que la mienne.
Je ne crois certes guère
Aux fleurs qui chantent,
Aux frissons qui se muent en candeurs,
Aux femmes qui pleurent.

Que font les bouches de femmes
Au fond des blanches nuits ?
Il n’est d’hôtel plus triste
Que celui où l’on n’est pas descendu.
Les pluies du ciel, toujours,
Se perpétuent.

Des femmes imprudentes, il n’est de hanches
Plus larges que celles des impatientes.
Je ne crois certes guère
Aux baisers qui s’enchantent,
Aux violons sans archer,
Aux fiertés dans le regard.

Mais que faire d’un amour
Où s’assoupit le Destin ?
Il n’est de tour plus haute
Que celle où l’on s’éteint.
Il n’est de voix, ce soir,
Plus enrouée que la mienne.

___