Je ne sais plus ce que c’est que
D’entendre les bruits qui tourmentent,
Qui indisposent. Et la Ville. Et la Vie
Qui progressent dans les jardins aux Roses,
Dans la cour des palais de Justice.

Je ne sais plus marcher comme marchent les enfants,
Gambader comme gambade la joyeuse fillette,
Ramasser la fleur blessée sur l’asphalte qui s’en défend.
Mais sur le perron de l’Aube les feuilles d’Automne
Savent me rappeler mon Enfance de bruyère.

O ces bleus visages qui se tournent vers l’Avenir,
Les nobles Nombres, les précieuses
Idylles, les plus hautes Idoles,
Et même les temps à venir
Qui bientôt ne seront plus.

___