La tristesse, au printemps, presque toujours un sentiment superflu.

L’espérance, aimable au petit matin : une ferveur risible à cultiver.

Le bonheur indiscernable : une lumière affaiblie battue par tous les vents.

Et toute joie imprévisible : une petite flaque d’eau brillante dans la nuit.